Le 10 juillet 2020 – La Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l’Ontario (OSSTF/FEESO) est consternée devant le refus du gouvernement Ford de fournir des détails concernant des changements majeurs proposés à l’éducation financée à même les deniers publics en Ontario et sa réticence à affecter les fonds suffisants pour réaliser ces changements. Un projet de loi omnibus présenté par le gouvernement Ford plus tôt cette semaine, supposément dans le but d’aborder les défis de la pandémie de la COVID-19, propose d’importants changements au système d’éducation. Typiquement pour ce gouvernement, ces propositions ont été faites sans la moindre consultation auprès des éducatrices et des éducateurs de première ligne.

OSSTF/FEESO appuie fortement le besoin d’aborder le racisme anti-noir et la discrimination sous toutes ses formes dans notre système d’éducation. Les propositions étalées par le ministre de l’Éducation Stephen Lecce, toutefois, manquent de fournir tout détail sur la façon à laquelle il y parviendra. De toute évidence, les propositions du ministre sont bien loin d’atteindre ce but.

De plus, le « financement additionnel » que le ministre continue d’annoncer pour appuyer les élèves marginalisés et les élèves ayant des besoins particuliers n’est en fait que le rétablissement partiel du financement qui a été coupé de façon négligente par ce gouvernement à son arrivée au pouvoir il y a deux ans. Ces coupures impitoyables ont entraîné une situation très désavantageuse pour les élèves les plus insuffisamment desservis de cette province et les annonces récentes du gouvernement manquent lamentablement d’aborder ce problème, surtout à la lumière des défis supplémentaires que pose la pandémie actuelle.

Les plans vagues du gouvernement Ford sont bien loin des actions décisives qui sont requises pour aborder les inégalités auxquelles font face les élèves noirs, autochtones et racialisés. En l’absence d’un financement adéquat de ressources et de soutiens supplémentaires, les Ontariennes et les Ontariens ne peuvent s’attendre à de meilleurs résultats de la part ce ces élèves.

Les annonces de cette semaine montrent, une fois de plus, que le gouvernement Ford ne comprend ni les besoins des élèves les plus marginalisés ni le système d’éducation sur lequel ces élèves comptent. Le défaut habituel du ministre Lecce de consulter les éducatrices et les éducateurs de première ligne indique que le gouvernement n’est simplement pas intéressé à acquérir cette compréhension.

OSSTF/FEESO a appris que le gouvernement compte précipiter ce projet de loi omnibus pour adoption à l’Assemblée législative et finaliser ces importantes décisions en l’espace de quelques semaines. Nous sommes grandement préoccupés par le manque de consultation et de transparence dans le processus d’apporter ces changements. Le fait de regrouper tous ces changements importants dans un projet de loi et de contourner les consultations publiques importantes est profondément inquiétant.

Nous continuerons de faire pression auprès du gouvernement pour demander une consultation véritable et réfléchie auprès d’OSSTF/FEESO, un organisme qui représente plus de 60 000 travailleuses et travailleurs en éducation de première ligne et membres du personnel enseignant chevronnés en Ontario.

Leave a Reply